lundi 30 juillet 2007

Trou de Jalleu : Juillet 2007

Rapport d’exploration

Bien que l’accès à cette émergence semble difficile en voiture, nous parvenons à nous parquer dans une prairie le long du Salon. Le portage s’en retrouve réduit à une clôture et 400m de marche. En arrivant au pied de la source, j’enregistre le point dans le GPS.

coordonnées WGS84 : N 47° 36.732' E 5° 32.094'

22/07/07
Michel désobstrue le laminoir jusqu’en bas mais ne le franchit pas. Jaques Petit et moi suivons, nous attendons tout deux dans le laminoir très étroit et ou le courant est particulièrement fort, les cailloux volent littéralement. La visibilité est plus qu’acceptable.

Fin de plongée sur tiers, laminoir non franchi. Pas d’équipement en état en place dans le premier puits et le laminoir. Il s’agit surtout d’une découverte de l’endroit pour nous trois.

23/07/07
Aujourd’hui je suis le premier à me mettre à l’eau, seul cette fois. Ce laminoir doit vraiment être négocié, ses trois étroitures ajoutant un peu de piquant à sa traversée, je termine la désob (3 gros galets pas plus) et remonte le 2iéme puits avec mon propre fil malgré la présence d’un fil à partir de la fin du laminoir jusqu’en haut. Mêmes constatations que Jean-Marc Lebel : à -19, belles lames d’érosion oxydées, le puits est fermé dans sa partie supérieure (marmites d’érosion) et diaclase pinçante mais où aucun courant ne se fait sentir.
(http://www.plongeesout.com/sites/est/haute%20saone/jalleu.htm)

Je redescends de ce coté, surprise, le pincement devient très vite une paroi puis un plafond de moins en moins incliné. Voyant qu’il va être temps de rebrousser chemin, je me laisse couler tout droit afin de rejoindre l’entrée du laminoir à -32. J’arrive sur ce talus d’argile que Lebel à décrit. Il présente, à cet endroit, une forme de « gouttière » qui monte en pente douce et je ressent nettement un courant de face. Je remonte cette « gouttière » sur une dizaine de mètres et arrive au sommet d’une dune. J’ai toujours le courant de face et m’arrêtes sur ce qui semble être un début de galerie dont je ne vois que le noir lointain… Je viens de faire, sans le savoir et sans le chercher ma « première première ».

Michel est enchanté en entendant mon récit, l’appel de l’explo est là. Malheureusement, il avortera sa plongée juste après le passage du laminoir sur problème matos.



24/07/07
J’ai de nouveau l’honneur de partir premier. Tout excité, comme une balle jusqu’à la sortie du laminoir. Je laisse là le dévidoir de jonction et repart avec un fil d’explo. Cette galerie semble s’orienter légèrement vers la droite au bout d’une trentaine de mètre et s’élargi quelque peu. La glaise est omniprésente sur le fond, les parois sont toujours du même type qu’à la sortie du laminoir, de temps en temps une lame d’érosion.Je suis fébrile, et je consomme beaucoup. 55 mètres de fil et je fais demi-tour sur mes tiers.
Michel fera 65m dans cette galerie mais ses détendeurs semblent avoir besoin d’un petit réglage…

Conclusions :
Cet endroit est très prometteur, nous reviendrons en étant un peu plus organisés pour cette reprise d’exploration. Certaines réserves de gaz seront nécessaires au vu du temps de traversée du laminoir et de la profondeur à laquelle l’explo recommence.

Aucun équipement n’a été laissé en place.

Plongeurs : Petit J. , Pauwels M. et Hecq N.
Support : Minne F.